Thibault Duchemin, le « start-upeur » qui révolutionne la communication avec les sourds !

Thibault Duchemin est le seul entendant de la famille; sa sœur est sourde de naissance, comme ses deux parents.  Mais sa langue maternelle  reste la langue des signes, la première langue qu’il ait apprise. Le jeune ingénieur, aujourd’hui âgé de 26 ans, compare son enfance à celle d’un enfant bilingue. “A la maison, on parlait par signes. A l’école, le français.”

Par conséquent, Thibault Duchemin est interprète depuis ses cinq ans. Il répond au téléphone, prend des rendez-vous chez le médecin pour ses parents, ou encore les accompagne à la banque.

Mais ce rôle “d’ambassadeur”, le jeune ingénieur a dû se résigner à l’abandonner.J’ai été pris par des obligations, par l’école”, raconte-t-il, encore “frustré”.

Qu’à cela ne tienne, ce sera désormais une application qui assurera le job d’interprète pour sa famille mais aussi, il l’espère, pour les 400 millions de sourds et malentendants concernés dans le monde.

En effet, Thibault Duchemin, a mis au point une application de reconnaissance vocale qui traduit en temps réel une discussion, et la retranscrit par écrit, sur le téléphone ou l’ordinateur, comme le feraient les sous-titres d’un film

DIRECT / Interview de Thibault Duchemin, fondateur d'Ava, la première application de sous-titrage en temps réel pour les personnes sourdes et malentendantes

Publiée par Les Echos sur Mercredi 5 juillet 2017

“Les sourds se sont toujours débrouillés, mais là, ils ont la possibilité de dégainer l’outil à la moindre difficulté de compréhension », ajoute Thibault Duchemin qui souhaite offrir l’autonomie aux sourds et les sortir de l’isolement. “On communique partout, tout le temps. Il est injuste de ne pouvoir participer aux conversations uniquement parce qu’on est sourd ou malentendant.Pour le jeune homme, le chômage des personnes sourdes ou malentendantes est élevé, justement pour des raisons de communication.

Les créateurs d’Ava ont pu constater plusieurs usages : certains lisent directement la conversation sur l’écran, d’autres se servent d’Ava en soutien, quand ils sont perdus.

Petite fierté fraternelle, sa sœur sourde a utilisé Ava lors d’un entretien de dernière minute pour son entrée en Master 2.  La jeune femme entame des études de droits. En arrivant à la fac, elle a constaté qu’il n’y avait pas d’avocats sourds. Comment faire pour échanger avec les clients, comment plaider ? “Ça l’a aidé, pour le reste, c’est elle qui a tout fait.”

 

 

 

Laisser un commentaire