appareil auditif invisible : l’insertion profonde dans le conduit auditif est un vrai plus !

Depuis longtemps, les fabricants d’aides auditives cherchent à créer des solutions de plus en plus discrètes, ce qui est possible grâce à la miniaturisation des composants électroniques.

De ce fait, nous pouvons donc proposer aujourd’hui à nos patients des aides auditives quasi-invisibles telles que les mini contours d’oreilles ou les intra auriculaires profonds complètement invisible.

Dans ce même but de discrétion des appareils, Phonak entreprend la commercialisation d’une aide auditive totalement invisible. Cette « lentille auditive » appelée Lyric est placée profondément dans le conduit auditif externe.

La discrétion n’est pas le seul avantage du lyric. Il offre une réelle qualité sonore par rapport à d’autres appareils grâce à son insertion profonde.

Mais quels sont les avantages apportés par l’insertion profonde?

Dans le cadre de cette étude, nous allons nous intéresser plus particulièrement à l’oreille externe, composée du pavillon et du conduit auditif.


Le pavillon

Le pavillon joue un rôle essentiel dans l’audition. Il a pour but de capter les sons et de les focaliser à l’entrée du CAE.

Le pavillon a également un rôle d’amplification. En effet, sculpté de reliefs et de creux, la forme particulière du pavillon va permettre d’amplifier les sons de 10 dB à 15 dB sur les fréquences avoisinant le 5500Hz.

Afin de capter le son d’une façon optimum, l’homme se tourne naturellement vers la source sonore, ceci étant dû à une mauvaise mobilité du pavillon (contrairement à certains animaux qui, juste en bougeant leurs oreilles peuvent localiser une source sonore). A cause de sa forme le pavillon fait écran aux sons venant de derrière ce qui aide à savoir si un son vient de l’arrière ou de l’avant. L’orientation auditive est améliorée par la situation latérale des pavillons sur la tête entraînant des différences d’intensité des sons perçus par l’une et l’autre oreille. Cette différence est due au phénomène d’effet d’ombre de la tête. Ce phénomène est provoqué par la diffraction du son par la tête. Il agit principalement au niveau des fréquences aigues et va diminuer l’intensité de l’onde sonore à ces fréquences.


Le conduit auditif externe

Le but premier du CAE est bien sûr la transmission de l’onde sonore du méat auditif jusqu’au tympan.

Le second rôle du conduit auditif externe est l’amplification. Le CAE est une chambre de résonance qui augmente la pression des ondes sonores. Cette amplification porte sur l’ensemble des fréquences mais est maximale aux alentours de 2500 Hz.

En plus des différences d’intensité des sons perçus par chacune des deux oreilles, s’ajoutent des différences de phase (temps d’arrivée de l’onde sonore jusqu’au tympan). En effet, le son atteint en premier l’oreille la plus proche de la source, un peu avant qu’il n’atteigne l’oreille la plus éloignée. Ainsi on peut localiser une source avec une précision de 1 à 2°. 


L’effet additionnel du pavillon et du conduit auditif externe

L’oreille externe a donc un rôle d’amplification du son, aussi bien de la part du pavillon que de la part du CAE.

Sur le graphique suivant, on peut voir l’amplification apportée par chaque partie de l’oreille externe :

Figure 6 : Représentation du gain acoustique en dB du CAE (c ), du pavillon ( p) et du gain total de l’oreille externe (t) en fonction de la fréquence en kHz

On peut donc remarquer que l’oreille externe amplifie naturellement le signal de plus de 20dB en moyenne, sur des fréquences allant de 2500Hz à 5500Hz.

Nous avons vu, tout au long de cette partie, que l’amplification naturelle de l’ensemble de l’oreille externe est loin d’être négligeable.

La localisation spatiale se fait principalement grâce au fait que nous ayons deux oreilles : c’est le principe d’effet stéréophonique. La pression sonore perçue à droite et à gauche diffère en temps, en intensité et en phase. Ces différences seront interprétées par les noyaux auditifs du tronc cérébral.

ATTENTION : la mise en place d’une aide auditive sur mesure ou d’un embout va perturber les diverses résonances que nous avons pu observer jusqu’ici.


L’autophonation

Certaines personnes appareillées se plaignent de leur voix quand elles parlent. Cela est en partie liée à l’autophonie.

« L’autophonie est le résultat de la création d’énergie acoustique par la vibration des parois du CAE, en réponse à un signal en conduction osseuse. Lorsqu’une personne parle, la vibration des cordes vocales se propage à travers le crâne par conduction osseuse. »

Avec un CAE ouvert, ces variations de pression acoustique ressortent du CAE en prenant le chemin le moins résistant. Nous n’avons donc pas ou peu d’énergie qui passe le tympan, le phénomène est alors dissipé.

Par opposition, lorsque le CAE est obturé par la présence d’une aide auditive ou d’un corps étranger, le flux d’énergie issue de la conduction osseuse est emprisonné par ce dernier dans une cavité résiduelle, le chemin le moins résistant est la membrane tympanique. L’energie basse fréquence la traverse, c’est ce qui donne la sensation de résonance du patient lorsqu’il  parle.

Représentation du phénomène d’occlusion Oreille ouverte : les vibrations sortent du conduit auditif Oreille fermée : les vibrations sont enfermées dans le conduit auditif

La profondeur d’insertion de l’embout influe donc considérablement : une insertion profonde évite cet inconvénient.

Le lyric se place à proximité du tympan. Ce placement près de la structure osseuse du conduit permet de dissiper l’énergie acoustique issue des cordes vocales vers l’extérieur. L’énergie n’est ainsi pas emprisonnée dans une cavité résiduelle importante, ce qui est un élément clé pour limiter l’effet d’occlusion.


L’orientation de l’écouteur

Il arrive parfois que l’embout ou l’intra-auriculaire réalisé dans le cadre d’une adaptation prothétique ne soit pas suffisamment profond. Ainsi l’écouteur ne suit pas l’orientation du conduit et le son ne parvient pas directement au tympan. Ce qui engendre une nécessité soit de compenser la perte de gain due à la mauvaise orientation de l’écouteur, soit de ré-éffectuer une empreinte de l’oreille du patient, ce qui est préconisé.

Avec le Lyric, l’écouteur n’étant qu’à quelques millimètres du tympan, la sortie de l’écouteur ne butte pas dans un des coudes du CAE et l’orientation est de ce fait idéale. Le Lyric se place directement devant le tympan.


La position du microphone

Le gain lié au pavillon et à la résonance du conduit, a déjà été décrit précédemment. Le fait d’appareiller et donc de mettre un embout, une coque ou un écouteur dans le conduit altère la résonance naturelle du pavillon et du CAE. Par ailleurs la position du microphone, derrière le pavillon dans la conque ou dans le conduit, fera que l’appareil bénéficiera plus ou moins de cette résonance.

Par le positionnement profond du micro, on bénéficie d’une grande partie du gain naturel du CAE et de l’intégralité du gain du pavillon.

Le positionnement du Lyric utilise l’anatomie naturelle de l’oreille. L’oreille externe dirige naturellement le son vers l’appareil auditif Lyric, où il est amplifié à proximité du tympan. Le pavillon, la conque et le CAE participant à la fonction de localisation des sons, nous devrions avec le Lyric obtenir une optimisation des résultats de localisation par rapport aux résultats qu’on obtiendrait avec d’autres modèles d’appareils.


CONCLUSION : Une meilleure qualité sonore et une meilleure localisation des sons

Les réverbérations et les pics de résonances engendrées par la conque sont captées par le microphone du Lyric à proximité du tympan, puis retransmises au tympan et au système auditif. Le positionnement profond du microphone permet de récupérer une partie du gain naturel de l’oreille. La localisation des sons est optimale car la position profonde du microphone permet de mieux profiter des fonctionnalités de l’oreille externe.

De plus, le positionnement de l’écouteur à 5 mm du tympan permet à l’audioprothésiste de diminuer le gain électronique de l’aide auditive.

Ainsi le son est plus naturel.

Tous ces bénéfices résultent du positionnement de l’aide auditive à l’intérieur du conduit auditif.

Quant à un appareil auditif plus conventionnel, la position de son microphone (soit derrière l’oreille pour un contour, soit à l’entrée du conduit pour un intra auriculaire classique) ne lui permet pas de bénéficier pleinement de ce gain physiologique, et de cette capacité de localisation.

 

 

 

 

Laisser un commentaire